Cette guerre n'a pas été celle de l'obscurantisme contre la lumière, ni celle d'une population manipulée par le clergé et l'aristocratie.
On en trouve l'origine dans une succession de décisions pour le moins maladroites. 

     ÉTAT DES LIEUX DE LA VENDÉE         DÉCISIONS DE LA RÉPUBLIQUE

    Condition de vie difficile      ../...   Augmentation des impôts & Réquisition du grain
    Profond attachement à la religion      ../...   Constitution civile du clergé
    Attachement à la terre   ../...   Conscription



LES TITRES
   CONTEXTE 
  DATES ET ÉVÉNEMENTS DE 1789 A 1793
  DÉCLENCHEUR




   LE CONTEXTE A LA VEILLE DE LA RÉVOLUTION

Les paysans et artisans :
Les vendéens (au sens Vendée militaire) sont des gens simples qui vivent dans l'austérité. Ils vivent de peu et travaillent beaucoup. Ils vivent loin des villes, souvent dans des villages et hameaux . Ils sont  très attachés à leurs traditions, à leur terre et à leur religion. Ils pratiquent assidûment et sont dévoués à leur curé.
Ils fondent de grands espoirs dans la révolution lorsque celle-ci commence. Ils participent à l'élaboration des cahiers de doléances. Ils sont représentés aux états généraux pour la bourgeoisie et accueillent avec satisfaction les premiers changements (suppression de la milice, suppression de droits et taxes...) 

L'aristocratie :
L'aristocratie de la Vendée vit assez modestement dans sa campagne et aspire elle aussi au changement. Elle en fait part dans les cahiers de doléance en souhaitant que la monarchie absolue laisse place à une monarchie plus démocratique.  

Le clergé :
Le prêtre en campagne vit très simplement, il n'a pas de fortune comme certains prélats. Son mode de vie ressemble à celui de ses paroissiens : simple et austère. Il a un impact très important sur les fidèles.
A la veille de la révolution, le clergé aspire lui aussi à du changement et lors des états généraux il se joint dans une forte majorité au tiers état. 
 

 


   DATES ET ÉVÈNEMENTS DE 1789 A 1793

Les décisions républicaines déçoivent rapidement les  Vendéens :

x   Réquisition du grain

L'état, par l'entremise des gendarmes de la République (dans leur bel uniforme bleu qui leur vaudra leur surnom), réquisitionne le grain pour le donner aux citadins. Les campagnards qui n'ont déjà pas de quoi se nourrir à leur faim n'apprécient pas du tout qu'on les pille ainsi ...

x   La constitution civile du clergé.

Le 12 juillet 1790, l'assemblée vote la constitution civile du clergé. Cette loi vise à soustraire l'église au pouvoir de Rome, en faisant des prêtres des fonctionnaires élus civilement.

  • Constitution d'une assemblée civile d'électeurs qui doit choisir les membres du clergé.
  • Les évêques ne sont plus nommés par le pape ou le roi, mais par l'assemblée civile.
  • Les prêtres et vicaires ne sont plus nommés par l'évêque mais par l'assemblée.

Les prêtres en fonction doivent prêter serment à la constitution civile.
Les prêtres, en majorité, refusent de prêter ce serment, et la population vendéenne les soutient. Les prêtres qui ont accepté de prêter serment (prêtres assermentés) deviennent la cible privilégiée des Vendéens. Leurs églises restent désespérément vides, et ils sont victimes d'intimidation et même de violence. Beaucoup craquent, et se sentant menacés quittent la Vendée.

x   1791. les prêtres réfractaires sont interdits de messe.

Les prêtres réfractaires - ceux qui ont refusés de prêter serment -  sont interdits de culte. Mais les cérémonies continuent, et drainent de plus en plus de monde. Les pèlerinages et les messes ont lieu la nuit, dans la clandestinité, souvent sans prêtre, sous la direction d'un fidèle.

x   10 août 1792 : Attaque des Tuileries

Louis XVI est arrêté et emprisonné.

x  Septembre 1792 : expulsion de prêtres réfractaires

264 ecclésiastiques sont regroupés à Angers et expulsés vers l'Espagne.

x   21 janvier 1793 : Louis XVI est guillotiné.
x   La conscription : la levée de 300 000 hommes.

Depuis avril 1792, l'armée républicaine se bat à ses frontières contre la Prusse et l'Autriche. En 1793, l'Espagne et l'Angleterre s'associent à la Prusse et à l'Autriche pour mettre à bas la révolution française et moucher les républicains qui veulent annexer toute la rive gauche du Rhin.
L'armée française qui n'est pas au mieux, n'arrive plus à trouver de volontaires. Face à la moitié de l'Europe, elle est obligée de recourir à l'enrôlement de force. La mesure est très mal accueillie. Par tirage au sort, 300 000 hommes célibataires de 18 à 40 ans vont être réquisitionnés pour aller défendre la France. Les fonctionnaires échappent à la réquisition, tout comme la bourgeoisie qui peut s'acheter un remplaçant. Ce sont donc les paysans et artisans qui seront tirés au sort et qui devront partir loin de chez eux, sur le front est, défendre la République. Et chacun sait que peu en reviendront. Les paysans et artisans vendéens n'acceptent pas que les principaux bénéficiaires de la république : les fonctionnaires et les bourgeois, ne fassent pas parti du tirage au sort. Ils n'ont aucune envie de mourir pour la république, et encore moins de défendre les intérêts d'autrui...

 


  12 MARS 1793 : LA CONSCRIPTION A SAINT FLORENT LE VIEIL

C'est la conscription, à Saint Florent le Vieil qui met le feu aux poudres.
Le jour du tirage au sort, toute la foule est là pour refuser la conscription. La foule se fâche et lynche les patriotes qui s'enfuient. Leurs munitions sont dérobées. Saint Florent entre en guerre. Plusieurs patriotes ont été tués, la guerre est maintenant irrémédiable...