Pour des photos de meilleure facture, rien ne vaut un bon livre,  
dont vous trouverez les références sur la page Bibliographie...

  
Les vitraux représentant les guerres de Vendée sont nombreux.
On dénombre à travers la Vendée militaire plus de 40 églises,
à l'intérieur desquelles figurent plus de :
-   100 vitraux.
-   150 scènes.
Pour la plupart, ces verrières ont été réalisées entre 1870 et 1960.


 
Pourquoi des vitraux sur les guerres de Vendée ?
Où se trouvent-ils ?
Qui les a financés  ?
Que représentent-ils ?

   
 
POURQUOI DES VITRAUX SUR LES GUERRES DE VENDÉE ?


x
Un fort besoin de vitraux à la fin du XVIII°
Pendant le seconde moitié du XVIII° siècle, l'église de France met l'accent sur la reconstruction des églises, et commande donc auprès des maîtres-verriers de nombreux vitraux.
x
Les martyrs vendéens accompagnent les vendéens dans leur foi.
Le soulèvement de 1793 a marqué la Vendée. Depuis, et malgré les années, les héros et martyrs vendéens accompagnent les fidèles. Les vendéens n'ont pas oublié, bien au contraire. Ils ont fait de leurs morts des modèles de la foi. Ces modèles que d'autres vont chercher au moyen-âge, eux les retrouvent chez leurs ancêtres dont certains ont été ou seront béatifiés. C'est donc fort naturellement au moment de choisir les vitraux de leurs églises que s'imposent le choix des guerres de Vendée.
x
L'intérêt de certains évêques pour ces vitraux.
C'est sous l'influence de l'évêché que les paroisses vont se doter de ces vitraux. 
x
Des maîtres-verriers spécialisés.
Les maîtres-verriers locaux qui exécutent les vitraux ont chacun leurs spécialité. Certains sont spécialisés dans ce type de verrières. (Clamens et Livache)
   
 
 
OU SE TROUVENT-ILS ?

x
Dans le diocèse de Luçon et d'Angers.
On les trouve presque tous dans les diocèses de Luçon et d'Angers. Alors que les évêques de Nantes et de Poitiers ne manifestaient aucun intérêt pour ce type de vitraux, leurs homologues de Luçon et d'Angers encourageaient les prêtres à parer leur église de ces verrières.
x
Dans les villes où le prêtre s'est intéressé à ces verrières.
C'est le prêtre qui, est le commanditaire direct des vitraux. C'est donc dans les villes où celui-ci s'est intéressé à cette représentation des guerres de Vendée, soit par intérêt personnel, soit poussé par son évêque.
x
Dans les paroisses qui ont été particulièrement marquées par les guerres de Vendée.
- dans les villes qui ont abritées un chef insurgé (Bonchamps à St Florent le Vieil ou Cathelineau au Pin en Mauges)
- dans les villes où un événement marquant s'est produit (souvent un massacre, comme aux Lucs/Boulogne).
   
  

QUI A FINANCÉ LES VITRAUX ?

Ce sont des dons au niveau local qui ont permis d'acheter ces vitraux. Les donateurs sont : 
x
de généreux et riches donateurs
x
les familles de victimes (comme par exemple les verrières qui représentent Cathelineau au Pin en Mauges)
x
les prêtres
x
les paroissiens
x
les associations du souvenir (le souvenir vendéen) 
 
 

QUE REPRÉSENTENT CES VITRAUX ?

L'aspect religieux de la guerre
Les verrières sont l'expression la plus développée de l'imagerie de ces guerres. Elles mettent en avant l'aspect religieux de la guerre. Elles présentent les guerres de Vendée d'une manière très manichéenne : les pieux vendéens, défenseurs de la foi, s'opposent aux républicains tortionnaires.
Les vitraux présentent ces hommes qui se sont battus pour préserver leur religion et conserver leur prêtre sous les traits de héros et des martyrs de la foi. Ils montrent en revanche les républicains sous les traits d'un monstre sanguinaire. Les fidèles ont chaque dimanche sous les yeux ces hommes, leurs ancêtres, qui ont donné leur vie pour leur religion et qui sont autant d'exemples à suivre. Ils symbolisent la grandeur et de la piété. 
 
Les vitraux ne sont centrés que sur  quelques thèmes. 
On peut les regrouper en 2 familles :
x
l'événement local.
On y met en avant un événement qui s'est déroulé dans la paroisse. C'est bien souvent un massacre (Avrillé, Les Lucs/Boulogne....)
x
le chef Vendéen ou l'événement "célèbre" 
On y dépeint un scène devenue célèbre (le pardon de Bonchamps à St Florent)
On y peint le portrait d'un chef vendéen (Cathelineau, Bonchamps ...)

 

     

MAINE & LOIRE  

    Angers
    Avrillé
    Chanzeaux
    Chemillé
    Le Louroux Béconnais
    Le Pin en Mauges
  Les Lucs sur Boulogne
    Montilliers
    ND du Marillais
    St Florent le Vieil
    St Laurent de la Plaine
    Saint Paul du Bois
    La Séguinière
    Vihiers

  VENDEE  

    Beauvoir
    Les Lucs sur Boulogne
    Pouzauges
    Rocheservière
    St Etienne du Bois
    St Hilaire de Mortagne
    St Martin des Tilleuls

  DEUX-SEVRES  

    Beauchêne
    Courlay
    St Aubin de Baubigné